Sortie du livre pour enfants : La Sorcière Microba

Naima, pouvez-vous nous présenter LA SORCIÈRE MICROBA ?

À la tombée de la nuit, la sorcière Microba enfourche son balai pour rendre visite aux enfants.

Mais pas n’importe lesquels : ceux qui ne se lavent pas et ne se brossent pas les dents !

Accompagnée de ses amis les poux, les staphylococcus et les streptococcus, elle trouve très amusant de faire peur aux petits enfants…

La sorcière Microba est née d’une réflexion : apporter aux jeunes enfants un apport théorique sur les microbes de manière ludique.

Quel a été votre parcours d’auteure ?

Je suis enseignante. Je suis devenue auteure un peu par hasard, j’ai écrit un premier roman SlamBoy Junior, qui s’adressait à un public d’adulte et qui eut un certain retentissement.

Je suis également chroniqueuse, je tente de mettre en lumière des gens de talent  issus de la diversité à travers ma page Facebook Les Chroniques de Naïma et mon blog ngcoms.unblog.fr.

Pourriez-vous nous dire ce qui vous a donné le déclic ?

J’ai toujours été attirée par la littérature de jeunesse.

Le projet est né d’une rencontre avec une chercheuse de l’institut de Biologie Structurale de Grenoble, Cécile Morlot, spécialiste des microbes qui me fait remarquer qu’il existe très peu d’ouvrages sur les microbes accessibles aux enfants (0 à 6 ans), or l’apprentissage de l’hygiène est primordial à cet âge.

Je décide alors d’écrire une fiction autour des microbes pour permettre aux enfants de comprendre la nécessité de se brosser les dents et de se laver les mains régulièrement.

Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour lancer votre projet ?

Je suis devenue auteure sur le tard, à quarante et un  ans, j’ai envoyé mon projet à deux ou trois maisons d’éditions, elles ne semblaient pas intéressées.

J’ai décidé malgré tout de persévérer  en me tournant vers une maison d’édition locale qui a été réjouie par l’album et c’est ainsi que le projet a pu se concrétiser.

Quel a été votre plan de communication pour vous faire connaître ?

A vrai dire, je n’avais pas de plans à proprement dit, néanmoins les réseaux sociaux m’ont permis d’avoir une certaine visibilité.

Il existe une page Facebook, au nom de l’album, La Sorcière Microba.

Pourquoi avez-vous rejoint la plateforme RéZOé ?

Pour mes chroniques, je me suis intéressée à Sabrina Boucherit, la fondatrice de RéZOé, j’ai découvert alors la plateforme qui permet aux femmes entrepreneurs de développer leur réseau. J’ai vraiment été séduite par le concept qui permet aux femmes de prendre toute leur place dans l’activité économique.

ngcoms.unblog.fr

Contacter Naima sur son compte RéZOé

 

Envoyer un commentaire