TrocTaChambre : La plateforme qui permet aux étudiants d’échanger leurs chambres

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise ?

Troctachambre.com est une plateforme d’échange de chambres contre chambres ou contre services entre étudiants.

Avec Troctachambre, un étudiant peut bénéficier d’une chambre gratuite chez un autre étudiant grâce à :

  • l’échange de sa chambre d’étudiant chez ses parents contre celle d’un autre étudiant, dans la ville de son choix. Cet échange peut être bilatéral ou multilatéral.

  • l’échange contre services rendus. Ainsi, un étudiant qui n’a pas de chambre à échanger peut occuper une chambre en échange de 10h par semaine de services rendus.

Troctachambre c’est le futur du logement étudiant : abordable, solidaire et sans prise de tête basé sur la confiance, l’entraide et la convivialité !

Notre service coûte 19€ par mois d’échange. Une petite somme d’argent correspondant uniquement aux frais courants (électricité, eau, wifi, etc…) peut être demandée par la famille d’accueil.

Nous fixons une limite de 80€ par mois en province et de 100€ dans les grandes villes. Nous exigeons que cette participation aux frais soit mentionnée sur l’annonce.

Quel a été votre parcours d’entrepreneures ?

Anne et moi nous sommes rencontrées alors qu’elle était bénévole dans l’association dans laquelle je travaillais. Il s’agit de notre première entreprise à chacune et nous sommes heureuses de la lancer ensemble.

Anne a plus de 22 ans d’expérience au sein du groupe Lagardère et est l’actuelle responsable du service photo chez Parents. Elle met aujourd’hui toute son expérience au profit de cette nouvelle aventure qu’est Troctachambre.

Moi, Karine, avant de me consacrer à Troctachambre j’ai travaillé dans plusieurs petites structures notamment en tant qu’assistante commerciale ou chargée de projet de développement durable.

Nous nous formons constamment et apprenons tous les jours sur ce métier d’entrepreneure.

Pourriez-vous nous dire ce qui vous a donné le déclic pour créer votre entreprise ?

A 10 ans d’intervalle, nous avons toutes les deux été confrontées à des problèmes de logement étudiant pour la même raison : le budget.

Anne Gestin « Je suis mère de trois adolescents et j’ai découvert il y a 3 ans la problématique des logements étudiants. Anne : « Il y a deux ans, après son bac, ma fille a voulu faire des études à Sceaux. Nous habitons Montreuil. On a cherché une chambre par le Crous, tout était plein. Chez l’habitant, c’était  500 euros/mois. Trop cher pour notre bourse. Ma fille a fait le trajet pendant deux ans : plus de 3h/jour.  Karine et moi-même avons décidé d’essayer d’agir pour faire bouger les choses. »

Karine Pathinvo : « Lorsqu’elle j’étais étudiante, j’ai voulu poursuive mes études à Londres mais je n’ai pas réussi à trouver un logement abordable et j’ai dû rentrer à Paris. Je me suis toujours dit qu’un jour j’essaierais de faire en sorte que d’autres ne vivent pas cette situation. Lorsque Anne m’a parlé de la situation de sa fille je n’arrivais pas à croire que plus de 10 ans après ma situation, le problème était toujours le même. Nous avons réfléchi et avons décidé de faire bouger les choses ! »

Lors de l’étude de marché, nous avons appris que pour se loger, des étudiants étaient prêts à se prostituer ou voler et avons décidé d’essayer de changer les choses.

Nous sommes parties du constat qu’un étudiant sur deux laisse sa chambre vide chez ses parents, le temps d’un stage, d’un semestre ou d’une année scolaire tout en dépensant beaucoup d’argent pour se loger dans d’autres villes étudiantes.

Par exemple, beaucoup de parisiens étudient à Bordeaux, Lyon ou Strasbourg et ne rentrent pas tous les week-ends. Alors, pourquoi ne pas proposer à ces parents et ces étudiants d’échanger la chambre laissée vide contre une autre dans la ville de leur choix ?  Ainsi est née l’idée de Troc ta chambre !

Avez-vous rencontré des difficultés particulières pour lancer votre activité ?

Comme tout(e) entrepreneur(e) nous avons été confrontées à plusieurs difficultés à chaque étape de la création : trouver un développeur fiable (vrais parcours du combattant), trouver un financement (nous avons dû faire le dossier Nacre deux fois, une fois à Paris et l’autre dans le 93 par ex) etc. Nous avons de la chance d’être bien accompagnées et surtout de nous soutenir l’une et l’autre moralement.

Avez-vous été accompagnée pour la création de votre entreprise, si oui par quel(s) réseau(x) ?

Nous avons été en pré-incubation chez Paris Pionnières et sommes actuellement en incubation chez BGE Parif. Nous bénéficions aussi des conseils avisés d’un serial-entrepreneur montreuillois.

Pourquoi avez-vous rejoint la plateforme RéZOé ?

Nous sommes enchantées d’avoir rejoint la plateforme RéZoé car depuis le début de notre aventure nous souhaitons profiter de l’énergie et des conseils de femmes qui entreprennent dans des secteurs d’activité similaires ou différents du notre. Nous avons hâte de participer à notre premier événement RéZoé afin de rencontrer ses membres.

Contacter Anne & Karine

Envoyer un commentaire