Louiza Bougherara, présidente du réseau d'Akb Affaires de femmes

Pouvez-vous nous présenter le réseau Akhawate Business ? Comment fonctionne-t-il ? Qui peut devenir membre ? Pourquoi avoir créé le concours des entrepreneuses plurielles ?

Présidente du réseau Akb est une association d’aide et d’accompagnement à la création et au développement d’entreprise portée par des femmes.

Créée en 2011, l’association œuvrait à l’origine auprès des entrepreneuses musulmanes, à l’époque isolées et en demande d’un réseau professionnel pour les accompagner.

Après 5 ans de travail sur ce marché, Akb entend aujourd’hui ouvrir son action aux femmes des quartiers et/ou issues de la diversité, qui font face aux mêmes défis et nourrissent également les mêmes ambitions, travaillent pour concrétiser les mêmes rêves. Aussi, c’est dans cette dynamique d’accompagnement et de soutien pour une plus large communauté que nous souhaitons inscrire notre action.

 

Nous proposons un parcours d’accompagnement pour les porteuses de projet et organisons des événements pour permettre aux professionnelles de se rencontrer et de tisser leur réseau. Le plus important pour nous est que les entrepreneuses sortent de leur isolement, participent aux événements, fassent des rencontres.

Nous organisons également le concours des entrepreneuses plurielles, un concours annuel qui célèbre les entrepreneuses, montrent leur talent. Depuis 2 ans, il se fait en partenariat avec la Fondation Deloitte, qui par ce soutien, montre son engagement pour l’entrepreneuriat féminin, dans les quartiers.

Comme on a opéré ce tournant récemment, notre défi c’est de consolider et étendre notre réseau, nous jouissons d’une bonne notoriété au sein de la communauté musulmane, mais nous sommes très peu connues en dehors. En fait c’est comme si on repartait à zéro !

Mon envie et ma motivation aujourd’hui c’est que notre réseau s’assoit à la même table que d’autres réseaux déjà bien installés, que le paysage de l’entrepreneuriat féminin français soit représentatif et enrichi de la diversité qu’on retrouve sur le terrain.
Pour ces raisons on travaille aujourd’hui à renforcer notre accompagnement aux entrepreneuses et nos liens avec d’autres réseaux pro.

Lauréates 2017 du concours entrepreneuses plurielles

Pourquoi s’engager pour les entrepreneuses des quartiers et de la diversité ?


On sait déjà que les femmes subissent plus durement le chômage, les discriminations, la précarité. Si on ajoute des critères comme l’âge, l’appartenance géographique et ethnique, les difficultés sont plus importantes.

Elles sont seulement 22% à avoir créé leur entreprise (près de 40% hors ZUS), et encore trop peu accompagnées ou intégrées dans un réseau. Ces constats je les ai aussi vécu, j’ai été discriminée sur le marché de l’emploi, on m’a regardé de haut quand j’ai participé à des événements où j’étais la seule femme voilée, j’ai assisté à des événements où il n’y avait qu’une certaine élite qui avait la parole.

Que diriez-vous mesdames si vous assistiez à un événement où il n’y a que des hommes, qui parlent d’entrepreneuriat et qui agissent comme s’ils étaient les représentants des entrepreneurs, les seuls dans le domaine, il est certain que vous ne vous sentiriez pas représentées, ni écoutées. Alors vous allez créer votre réseau, porter la voix de vos semblables, de ceux qu’on a n’a pas l’habitude d’entendre et de voir.

Ma démarche s’inscrit dans cette dynamique, ouvrir la voie, encourager les femmes des quartiers à rompre l’isolement, à se faire une place là où elles le souhaitent et pas seulement dans leur quartier, apporter plus de pluralité dans le paysage entrepreneurial.

Quel est votre parcours d’entrepreneure ?

Je vous avoue qu’à la fin de mes études, je prévoyais plutôt une carrière « classique », salariée dans un grand groupe. Mais la vie avait d’autres projets pour moi ! Je n’avais pas encore terminé mon master en école de commerce, que j’avais déjà lancé un e-commerce.

J’ai pu également expérimenter l’accompagnement de porteurs de projet au sein de Réseau Entreprendre. Mais j’ai fait aussi des jobs très variés comme femme de ménage (oui on peut être femme de ménage avec un bac+5), institutrice en maternelle (dans le privé), community manager. Bref, vous voyez que c’est un parcours un peu… particulier, mais très enrichissant, et qui fait sens aujourd’hui.

A présent, mon entreprise c’est mon association !

Je vois que gérer une association est au moins aussi difficile qu’avoir une entreprise. Je dirais même que c’est une plus grande responsabilité dans le sens où le projet que je porte est destiné à aider et à faire bouger les choses pour des femmes qui n’ont pas les mêmes chances que d’autres.

Donc, en plus de veiller à la stratégie de développement, de communication, à faire du conseil auprès de nos membres, il faut faire de la pédagogie et de la sensibilisation autour de l’entrepreneuriat féminin. Je veux faire grandir cette association, lui donner une dimension nationale et internationale, aider à l’émergence d’entreprises performantes et à la naissance de rôle modèles pluriels.

Quels sont les conseils que vous pouvez donner aux femmes qui souhaitent suivre vos traces ou tout simplement aller au bout de leur rêve ?
J’aurais plein de conseils à donner, mais si je dois être concise, je dirai :

  • travailler sur soi : observez-vous, voyez votre fonctionnement, vous pourrez ainsi voir ce qu’il y a à améliorer et là où il faut évoluer, souvenez-vous: le changement ça commence par soi.
  • Croire en soi : c’est LE pré-requis à la réussite, vous êtes capable de tout faire, de tout concrétiser, commencez par y croire !
  • Se faire peur : la magie opère en dehors de la zone de confort, alors faites-vous peur, sortez de votre confort, sortez de votre cercle habituel, faites quelque chose de nouveau (un événement, un nouveau cercle, etc)
  • Être attentive à ses pensées : nos pensées sont créatrices, si je pense que je vais échouer, que je ne suis pas à la hauteur, qu’on va focaliser sur tel défaut, qu’on va me juger de telle manière, alors il est très probable que ça se passe ainsi. Modifiez votre façon de penser et vous attirerez autre chose dans votre vie.

Quelles femmes vous inspirent ? Et pourquoi ?

Je pense d’abord à des femmes que je connais personnellement, des héroïnes du quotidien qui sont pleines de ressources, d’ambition, je pense à 2 entrepreneuses :

Sylvie Eberena, coach sportive et nutritionnelle, auteure de livres de recettes paléo, elle a récemment lancé un magazine en ligne anglophone ! Elle est accessoirement maman de 4 enfants et fait l’école à la maison.

Il y a aussi Stéphanie Benlemselmi qui est une amie que j’ai connue grâce à Akb, elle contribue toujours par ses conseils avisés au développement de l’asso. C’est une mompreneuse formatrice professionnelle qui a son centre de formation, qui donne des cours également, et qui propose un accompagnement aux femmes qui souhaitent entreprendre ou revoir leur orientation.

Ce sont 2 femmes ordinaires qui font des choses extraordinaires, elles vous étonnent toujours en entreprenant de nouveaux projets, en allant toujours plus haut.
Côté femmes connues, j’aime l’engagement humanitaire d’Angelina Joly, le parcours de JK Rowling ou de Viola Davis. Les gens qui s’accomplissent malgré les difficultés, qui s’engagent, qui prennent position pour de nobles causes, tout ça m’inspire.

Site : www.akhawatebusiness.com

Twitter : @AkhawateBiz 

Facebook : www.facebook.com/akhawate.business

Akb affaire de femmes, association qui accompagne les entrepreneuses des quartiers et de la diversité. Aider ces femmes à s’épanouir, à faire prospérer leur entreprise, et amener plus de pluralité dans le paysage entrepreneurial féminin, telles sont les ambitions du réseau.

 

Envoyer un commentaire