Léa Toledano, présidente du CIDFF du Bas-Rhin

Pourriez-vous nous présenter le CIDFF (Centre d’information sur les droits des femmes et des familles Bas-Rhin) ?

Depuis plus de 40 ans, le Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) du Bas-Rhin est une association qui favorise l’autonomie sociale, professionnelle et personnelle des femmes et qui promeut l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines. Ses activités sont échelonnées sur un territoire bien spécifique : le Bas-Rhin.

Elle fait partie d’une fédération nationale de 106 CIDFF (qui compte 1039 professionnel.le.s.) en France métropolitaine et Outre-Mer, pilotés par le Centre National d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles (fédération nationale des CIDFF de France).

Leur mission première : accueillir et informer le public.

Pour cela, une équipe pluridisciplinaire de 20 professionnel.le.s informe et accompagne le public, plus particulièrement les femmes et les familles, dans les domaines juridique, professionnel, économique, social et familial. Cette équipe est composée de juristes, chargées d’insertion professionnelle, conseillères en économie sociale et familiale, conseillère conjugale et familiale, médiatrice familiale, chargées d’accueil, chargée de mission, chargée de communication, formatrice, responsable administrative et de gestion, responsable pédagogique et opérationnelle, directrice.

Un conseil d’administration composé de 23 membres et un Bureau de 7 membres contribuent au bon déroulement des activités du CIDFF.

 

Y a t- il un lien/soutien ou pas du gouvernement actuel ? Si oui lequel ?

Tout à fait. En général, les CIDFF conduisent leurs activités avec un large partenariat associatif et institutionnel local. Ils travaillent en étroite collaboration avec les services déconcentrés de l’Etat (dont ceux du Service des Droits des Femmes et à l’Egalité), les collectivités territoriales, les partenaires locaux privés aussi bien que publics (entreprises, institutions, associations, ONG…) et les partenaires européens.

Le CIDFF du Bas-Rhin exerce une mission d’intérêt général confiée par l’État (agrément renouvelé le 1er janvier 2016) et œuvre en partenariat avec plus d’une vingtaine d’entités diverses :

  • Agence Régionale de Santé Grand-Est

  • Caisse d’Allocations familiales du Bas-Rhin

  • Commissariat Général à l’Egalité des Territoires

  • Commission Européenne – Fonds Social Européen (FSE)

  • Communauté de communes de la Vallée de la Bruche

  • Conférence des Financeurs

  • Conseil Départemental de l’Accès au Droit du Bas-Rhin

  • Conseil Départemental du Bas-Rhin

  • Délégation Départementale de l’Action Sociale du Bas-Rhin

  • Direction Régionale Grand-Est aux droits des femmes et à l’égalité

  • Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale Grand-Est

  • Direction Régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi du Grand-Est

  • Fondation d’entreprise OCIRP (Organisme Commun des Institutions de Rente et de Prévoyance)

  • Fondation de France

  • Fonds interministériel de prévention de la délinquance

  • Fonds ACEF solidarité

  • Groupement d’Intérêt Public (GIP) / Formation Continue Insertion Professionnelle (FCIP) Grand Est

  • Mutualité Sociale Agricole d’Alsac

  • Pôle Emploi région Grand-Est

  • Région Grand-Est

  • Service de l’Accès au Droit et à la Justice et de l’Aide aux Victimes (SADJAV)

  • Villes de Strasbourg, Haguenau, Bischwiller, Saverne, Sélestat et Wissembourg

Quelles sont les missions, actions menées par l’association ?  Les projets dans la région Grand-Est ?

En 2016, le CIDFF du Bas-Rhin a reçu et informé individuellement ou collectivement 10 453 personnes (74% de femmes et 26% d’hommes). Ses domaines d’interventions sont déterminés en fonction des besoins territoriaux, de la demande et de ses champs d’expertises.

  • Accès au droit : connaître ses droits pour les faire valoir.

Bien que spécialisées en droit de la famille, les juristes du CIDFF répondent à une pluralité de demandes dans des secteurs divers : unions, ruptures, familles et enfants ; emploi, formation, création d’activité ou d’entreprise ; violences ; droit et aides sociales ; droit et procédure. Les juristes traitent en moyenne plus de 5000 demandes par an.

  • Emploi : favoriser l’accès à l’emploi pour une véritable autonomie personnelle.

Le CIDFF du Bas-Rhin propose un accompagnement individualisé vers l’emploi et l’élaboration de projet professionnel et des ateliers collectifs thématiques. Ces différentes actions permettent aux personnes en recherche d’emploi de sortir de l’isolement, de développer une autonomie sociale, de valoriser les potentiels individuels et collectifs et d’obtenir des conseils et informations pour un retour à l’emploi.

  • Vie familiale et parentalité: un engagement pour une parentalité responsable.

Le CIDFF du Bas-Rhin à également pour but de mener des actions en lien avec la vie familiale au sens large. Que ce soit de sensibiliser les familles à l’égalité des rôles parentaux, de proposer du conseil conjugal et familial, ou de la médiation familiale vers des solutions adaptées aux familles en cas de conflit.

  • Education à l’égalité – Egalité des chances: des leviers pour éliminer les stéréotypes.

Le CIDFF du Bas-Rhin travaille sur l’éducation à l’égalité et la promotion de l’égalité des chances à travers diverses actions de déconstruction des stéréotypes sexués. L’association est en lien avec les établissements scolaires et les centres sociaux locaux et participe ainsi à l’apprentissage de la citoyenneté par une approche des lois et des valeurs républicaines. Construire une société plus égalitaire suppose d’accompagner les enfants dès leur plus jeune âge et proposer plusieurs approches : l’estime de soi et la confiance en soi, la prévention des violences (sexistes notamment), la connaissance et le respect des différences, l’impact des stéréotypes de genre, la diversification des choix professionnels. Les outils sont étudiés de manière à être adaptés à l’âge des élèves et au choix des thématiques énoncées par les établissements scolaires.

  • Egalité professionnelle: un engagement pour l’égalité et la mixité professionnelle.

Le CIDFF travaille à faire progresser l’égalité et la mixité professionnelle au niveau régional par trois actions inscrites dans un projet global intitulé « Les métiers d’aujourd’hui et demain » : une action intitulée « L’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dès le premier emploi en Alsace » ; une action en faveur des jeunes femmes diplômées en lien avec le CIDFF du Haut-Rhin ; une action intitulée « Le réseau Ambassadeurs et Ambassadrices Grand Est – territoire Alsace – de la mixité professionnelle ».

L’action « Le réseau Ambassadeurs et Ambassadrices Grand Est – territoire Alsace – de la mixité professionnelle » s’inscrit dans un contexte national de faible mixité professionnelle (seuls 12% des métiers sont mixtes, l’emploi féminin se concentrent dans 12 familles professionnelles sur un total de 87).

Son but : mettre en place un réseau d’intervention sur la thématique de la mixité professionnelle et sur la déconstruction des stéréotypes sexués liés à l’orientation professionnelle. Pour cela, le CIDFF du Bas-Rhin fait appel à des Ambassadeurs et Ambassadrices aux parcours professionnels non traditionnellement féminins ou masculins, qui œuvrent au quotidien pour promouvoir la mixité professionnelle. Ce réseau de 11 Ambassadeur.drice.s dans le Bas-Rhin agit auprès de personnes en recherche d’emploi (Public en insertion, en réorientation, issu des missions locales, bénéficiaire du RSA et RSA diplômé).

Comment devenir ambassadeur ou ambassadrice du réseau ?

Un.e Ambassadeur ou Ambassadrice est un.e porte-parole de la mixité et de l’égalité professionnelle qui a envie de s’engager et d’agir sur ces thématiques par des partages d’expérience et des rencontres avec le public.

Pour devenir ambassadeur ou ambassadrice du réseau, il est nécessaire d’exercer une activité professionnelle et que celle-ci soit en lien avec la mixité professionnelle.

Nos ambassadeurs et ambassadrices exercent des métiers dits non-traditionnellement féminins ou masculins : soudeuse, cheffe de projet en informatique, puériculteur…

Nous lançons d’ailleurs un appel à candidature : si la lecture de ce texte suscite des vocations, n’hésitez pas à nous rejoindre !

Nous organisons plusieurs types d’événements : des ateliers – rencontres avec des personnes en recherche d’emploi, en réorientation, ou avec des projets professionnels spécifiques (sur base de volontariat) ; des afterwork dédiés au réseau, pour permettre aux Ambassadeurs et Ambassadrices d’échanger autour de leurs expériences ; des réunions ou événements ponctuels et thématiques : sessions de recrutement de nouveaux Ambassadeurs et nouvelles Ambassadrices…

Une réunion de rentrée est d’ailleurs prévue le 28 septembre 2017 à partir de 18h au CIDFF du Bas-Rhin, 24 rue du 22 Novembre à Strasbourg. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à contacter Mélanie GOERKE, par téléphone : 03 88 32 03 22 (choix 1) ou mail : mgoerke@cidff67.fr !

Quel est votre parcours en ce qui concerne la cause des femmes ?

J’ai toujours été révoltée par les injustices et préjugés de toutes sortes, d’où mon choix de carrière d’ailleurs.

Venant d’un milieu plutôt « traditionaliste », en tant que femme, j’ai été souvent confrontée à des préjugés et à une vision sexistes de la société, tout en ayant sous les yeux un modèle parental contradictoire où ma mère travaillait et gagnait plus que mon père, qui lui s’occupait de mes frère et sœurs et moi au quotidien.

Ma conscience féministe a par conséquent peu à peu émergé et après m’être battue pour me libérer des entraves de l’essentialisation des sexes et pour essayer de changer les mentalités autour de moi, j’ai eu envie de m’investir pour contribuer dans la mesure de mes moyens à rendre le monde un peu plus juste et à changer les mentalités, petit bout par petit bout.

L’action des ambassadeurs et ambassadrices de la mixité professionnelle revêt à cet égard une importance particulière pour moi parce qu’elle représente de manière simple, efficace et compréhensible par tou.te.s, les dégâts des préjugés sexistes et les limites à l’épanouissement personnel qu’ils peuvent représenter.

Etre une femme ou être un homme ne devrait jamais être un obstacle pour faire ce que l’on aime dans la vie.

Cela ne devrait pas non plus être un « plus ». Cela n’est qu’une donnée parmi d’autres, indifférente quant à nos aptitudes et désirs.

Quel est votre  parcours professionnel ?

J’ai obtenu une licence et un master 2 de droit à la faculté de droit de l’Université de Strasbourg. J’ai parallèlement fait un diplôme universitaire en cinéma et audiovisuel.

J’ai ensuite intégré l’Ecole d’avocats du Grand Est et j’ai fait des stages, notamment au Conseil de l’Europe au sein de la commission pour l’égalité des chances, dans une association de consommateur.ice.s et surtout, un stage au sein du CIDFF en 2006-2007.

Après ma prestation de serment, j’ai continué à entretenir des liens étroits avec le CIDFF, notamment par le biais de formations que je dispensais. J’ai ensuite intégré le Conseil d’Administration de l’Association, puis le Bureau et j’ai été élue présidente de l’association en juin 2015.

J’exerce parallèlement ma profession d’avocate à Strasbourg depuis 2008, et j’ai créé mon propre cabinet en 2010.

Consultez le site : www.cidff67.fr

Rejoindre la page facebook : www.facebook.com/cidff67

Twitter : @CIDFF_67 

Envoyer un commentaire